L'objet de l'été 2020

Un requin aux dents plates

L’objet de cet été est une dent… de requin ! 

Cette dent a été trouvée dans notre région, dans des roches datant du Crétacé (- 130 millions d’années environ).

Elle est loin de la forme pointue et triangulaire classique des grands requins blancs actuels ou des requins géants fossiles (Carcharocles megalodon*) : elle est quadrangulaire, avec une couronne étalée sur la racine.

La surface mastiquante est plissée et a donné son nom à l’animal disparu : Ptychodus (« dent plissée »).
Cette forme aplatie n'est pas faite en effet pour déchirer la chair, mais bien pour écraser et broyer les coquilles des mollusques dont l’animal se nourrissait.

Poissons cartilagineux, les requins ne laissent souvent comme traces fossiles que des dents ou des vertèbres, le plus souvent isolées.

Quelques restes exceptionnels, comme ce lot de 85 dents conservé dans les collections lilloises, ont toutefois permis d’en savoir plus sur ce poisson fossile**.
Ce lot de dents a été étudié et publié en 1907 par Maurice LERICHE, paléontologue à la Faculté de Lille.
Il a ainsi reconstitué les puzzles, malheureusement incomplets, des mâchoires supérieures et inférieures d’un Ptychodus***

Plusieurs espèces sont connues et on estime que les plus grands spécimens pouvaient mesurer jusqu’à 10 mètres de long.
Ce groupe a disparu à la fin de l’ère secondaire, il y a 65 millions d’années.

Vous pouvez retrouver un moulage de la reconstitution d'une mâchoire de ce requin disparu dans les présentations permanentes du musée.

Pour en savoir plus :