L'objet du mois de juillet 2019

L’objet du mois de juillet met en lumière une cape royale provenant d’Hawaï en Polynésie conservée dans la collection d’ethnographie.

Cette cape royale daterait du 18ème siècle et aurait été ramenée par le Capitaine James Cook lors de son exploration du Pacifique.

En Océanie, la plume était un type de matériau souvent consacré aux dieux et c'est assurément sur les îles Hawaï que son usage a trouvé son apogée. Noires, rouges ou jaunes, ces plumes étaient fournies par plusieurs espèces de petits passereaux dont certaines sont maintenant éteintes.

Les plumes rouges provenaient principalement de l'iwi (Vestaria Coccinea) et de l’apapane (Himatie Sanguinea), les jaunes étaient fournies par l’O'o (Moho Nobilis).

Ces capes étaient fabriquées à l’aide d’objets sacrés et d’insignes de rang. Dans un premier temps, le fond de la cape était confectionné au moyen d'un nœud de pêcheur, le même que celui utilisé pour les filets de pêche. La seconde opération consistait à attacher au filet les plumes rassemblées en petites touffes. Le fond en filet n'était pas uniforme ni d'un seul tenant ; il était composé de plusieurs pièces cousues ensemble par plusieurs personnes. Des prières accompagnaient ce travail et l'utilisation des plumes rouges amplifiait son caractère divin.

Le luxe extravagant de ces vêtements était réservé à l’usage exclusif des chefs de statuts élevés et des rois. Ils symbolisaient le lien intime les unissant aux dieux. Portés lors de grandes cérémonies officielles ou lors d’affrontements guerriers, durant lesquels les combattants luttaient pour se les approprier, ils pouvaient aussi représenter le présent le plus somptueux lors d’échanges de cadeaux entre chefs de très haut rang.

Il existe moins de 20 capes royales de ce type dans le monde ; celle du Musée d'Histoire Naturelle de Lille est unique en France.