L'objet du mois de septembre 2019

En septembre, le Musée d'Histoire naturelle vous dévoile ce phonographe à cylindre avec poids datant de 1878 et conservé dans la collection de Sciences et Techniques.

Il a été réalisé à Paris par Urbain Marie Fondain, un des premiers constructeurs français de phonographe. Un objet repéré par l’abbé Lenoir qui relate sa visite en 1879 de l’exposition des Sciences appliquées à l’industrie située au Palais de l’industrie avec des termes élogieux pour Fondain : « il y a dans cette exposition, quelques merveilles… La première est assurément le phonographe de l’Américain Edison perfectionné par M. Urbain Marie Fondain… » (La Semaine du clergé, 15 octobre 1879).

Le phonographe fut inventé en 1877 par Thomas Edison, alors qu’il poursuivait ses recherches sur le télégraphe et ses études sur le téléphone. Étymologiquement, le mot phonographe dérive du grec ancien phonè : la voix et graphein : écrire.

Il permet d’enregistrer et de reproduire des sons. Son procédé est mécanique : un stylet composé d’une pointe enregistreuse interchangeable fixée sur un diaphragme, grave un sillon sur un cylindre de cuivre (remplacé plus tard par de la cire) recouvert d’une feuille d’étain. C’est le déplacement du cylindre devant le diaphragme fixe qui, émettant des vibrations transmises par la pointe enregistreuse, grave ainsi sur la feuille d’étain un sillon. Une fois l’enregistrement terminée, le cylindre gravé peut être lu par le stylet, la pointe faisant vibrer le diaphragme, transformant le sillon gravé en sons.

Où le trouver ?

Ce phonographe sera visible dans le cadre de l’exposition Simon, Lesage, Crépin, un jour tu seras peintre  qui se tiendra au LaM à Villeneuve d’Ascq du 3 octobre 2019 au 5 janvier 2020.