L'objet du mois de Mai 2019

Ce mois-ci, le Musée d'histoire naturelle met en lumière le tonstein, roche relative à l'histoire minière de notre région, issue des collections de géologie et exposée de manière permanente au sein de l'espace dédié !

"Tonstein" est un terme d’origine allemande (ton = pierre, stein = argile).  Il s'agit d'une roche à dominante argileuse, issue de dépôts de cendres volcaniques. Etant donné l'accumulation de sédiments volcaniques qui la forme, elle est désignée comme une roche dite sédimentaire.

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les ingénieurs du Corps des mines vont étudier les fossiles et roches particulières du bassin minier afin d'en dégager des niveaux repères. Ils cherchent en fait à étudier la structure très déformée du bassin minier pour ainsi permettre une meilleure exploitation minière du terrain. Découverts pour la première fois en 1951, les tonsteins vont alors constituer d’excellents repères.

Au-delà de ça, ces roches ont également permis de révéler les volcans comme un élément du paysage de notre région d'il y a 300 millions d’années, à l'époque où de grandes forêts croissaient sous un climat équatorial entre la mer et une importante chaîne de montagnes.

Tout comme pour les veines de charbon, les mineurs ont pris l'habitude d'attribuer des prénoms aux tonsteins. Un échantillon de tonstein issu de la veine nommée Espérance est aujourd'hui en possession du Musée d'histoire naturelle et est exposé de manière permanente dans la galerie "La Terre, théâtre de changements", consacrée aux collections de géologie et aux Sciences de la Terre, ré-ouvertes au public le 27 avril dernier.

Au sein de cet espace, c'est alors l'occasion d'observer le tonstein, qui a agit comme séparateur de strates dans les mines de charbon. Plus largement, il s'agit de découvrir comment le visage de notre région a changé pendant plusieurs millions d’années, ou de comprendre comment s'est formé le charbon.