L'objet du mois - décembre 2014

La météorite de Bettrechies

Collection de Géologie

L'objet du mois de décembre 2014 est une météorite. Elle mesure 25 cm de diamètre et pèse plus de 8 kg. Elle est recouverte d’une croûte noire qui est le résultat de sa fusion extérieure lors de son entrée dans l’atmosphère terrestre.

C’est une chondrite à olivine et bronzite (H3-6) de type brèchique, elle contient 27,02% de fer-nickel. Cette météorite porte le nom du village proche de Bavay (entre Valenciennes et Maubeuge) où elle s’est écrasée, dans la soirée du 26 novembre 1934, à soixante mètres de la frontière belge. Elle a été vue au dessus de Liège et Charleroi où elle est passée à la vitesse de 15 km/s avant de percuter la Terre dans une pâture, propriété de Mr Saussez au lieu dit « Les Sarts » (voir photo ci-dessous).

Nous fêtons le 80ème anniversaire de sa chute sur Terre, autant dire, une broutille au regard de l’âge de ce caillou céleste qui dépasse les 4,5 milliards d’années. Il est ainsi antérieur à la formation de la Terre. D'une valeur inestimable, c’est un précieux témoin de l’époque où notre système solaire n’était encore qu’une nébuleuse de poussières et de gaz.

Le lendemain de sa chute, le propriétaire trouve le caillou sur son terrain dans le fond d’un cratère en forme d’entonnoir d’environ 80 cm de profondeur et de 60 cm de diamètre. Peu rassuré sur la nature de l’objet qu’il prit tout d’abord pour un obus, il entreprit de prévenir les autorités qui ne viendront sur place que le surlendemain… Trop tard ! La météorite avait déjà disparu.

Une dizaine de copains adolescents en vadrouille avaient dérobé la météorite. Le caillou s’était cassé en deux dans le crash. L’un des morceaux a été partagé entre les membres de l’équipe. Les fragments ont donc été éparpillés dans différentes familles et dorment peut-être encore aujourd'hui dans les greniers. Le meneur de la bande avait pour sa part conservé le plus gros morceau, celui de huit kilos qu'il décide  quelques mois plus tard de livrer dans l'anonymat aux scientifiques lillois. D’autres fragments ont "atterri dans les musées de Paris et Bruxelles.

Nous ne connaîtrons donc certainement jamais sa masse réelle, estimée entre 15 et 20 kg !

La météorite de Bettrechies est l’une des trois connues qui se soient écrasées dans notre région.

- en 1769, une météorite a fini sa course du côté d’Aire-sur-la-Lys (aucun spécimen n'a été conservé)

- le 8 juin 1962, une météorite de 5 kg s’est écrasée à Sainte Marguerite, près de Comines (le Muséum de Paris en conserve la totalité).

Les collections du musée de Lille comptent en plus de cette pièce exceptionnelle, huit autres fragments de météorite tombés sur notre planète.