L'objet du mois - décembre 2015

Le python réticulé, Python reticulatus (Herbst, 1801)

Collection de Zoologie

Présent à l'état sauvage dans les forêts d'Asie du Sud-Est, ce serpent mesure 60cm à l'éclosion, pour atteindre jusqu'à 9m de long et 145kg à l'âge adulte.

Souvent présent à proximité des cours d'eau, il affectionne également les zones côtières, où il peut mettre à profit ses excellentes qualités de nageur. Il se nourrit de mammifères et d'oiseaux. Cette espèce menacée est massivement chassée pour sa peau, très appréciée dans l'industrie du luxe, en Europe notamment.

Le spécimen du musée est présenté allongé, fixé sur un socle en bois. Il mesure 220cm de long, 60cm de large et 20cm de haut.

Ce serpent fait partie des collections qui ont déménagé lors de la campagne de rédéploiement des réserves du musée. Il ne pouvait être exposé ni même transporté sans avoir été au préalable restauré. Il souffrait d'empoussièrement, d'encrassement et de trois déchirures. Ces dernières s'expliquent par la forme en "S" de l'objet, une tension s'exerce sur la peau à chaque courbure et des déchirures se forment. De plus, la couture (présente sur chaque animal naturalisé) avait lâché.

Après une intervention de 14 heures, l'objet est désormais consolidé et présentable.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les objets "empaillés" ne sont pas -ou plus- rembourrés avec de la paille. La peau tannée est placée sur un mannequin composé de divers matériaux comme de la mousse polyuréthane, de la fibre de bois ou de l'argile.

Ici, il s'agit de plâtre ! Les taxidermistes avaient en effet parfois recours au plâtre, matériau peu coûteux et facile d'application. Malheureusement, son utilisation rend la conservation délicate en raison de sa sensibilité à l'humidité, de son poids et de sa fragilité. L'objet reste pour l'instant conservé dans les réserves en attendant d'être exposé. Il a rejoint les autres serpents et crocodiles.