L'objet du mois - octobre 2015

Carnet de terrain (1907)

Collection de Géologie

L'objet du mois d'octobre 2015 est un carnet de terrain de géologue, il mesure environ 15cm de long et 10cm de large.

Afin de consigner leurs observations lorsqu'ils se rendent sur le terrain, les géologues utilisent des carnets. Ceux-ci sont pour la plupart rigidifiés et recouverts pour résister aux conditions climatiques et ont la taille de nos smartphones d'aujourd'hui.

Ce carnet ci a appartenu à Charles BARROIS (1851 - 1939). Il consigne les observations de ce grand géologue régional (Directeur du Laboratoire de Géologie de la Faculté des Sciences de Lille et Conservateur des collections géologiques de 1903 à 1926) relevées durant l'année 1907. A une époque où le réseau routier n'était pas encore développé et où il était compliqué de prendre des photographies, on y trouve, par exemple :

- des descriptions de couches géologiques, qui détaillent les épaisseurs de certaines époques et leurs contenus (types de roches, fossiles remarquables, etc.)

- des dessins de roches observées en surface (les affleurements) - des schéma d'interprétation qui tentent d'expliquer l'allure du sous-sol, ces modèles servent de base à la compréhension des mouvements de l'écorce terrestre au cours du temps.

Ces observations ont constitué la matière première de nombreux articles scientifiques publiés par Charles Barrois, notamment dans les Annales de la Société Géologique du Nord, dont il fut l'un des membres fondateurs.

Toutes ces données sont très précieuses car elles ont souvent été prises dans des lieux qui ne sont plus accessibles ou qui ont été recouverts par l'activité humaine. Elles traduisent également les pensées des géologues à une période où les techniques d'investigation du sous-sol n'étaient pas aussi développées.

L'interprétation de ces observations permet, en les replaçant sur des cartes, de comprendre comment sont disposées les couches géologiques en profondeur. Si la technologie actuelle permet de localiser les observations (par des coordonnées GPS, par exemple), de prendre des photographies, de travailler directement à la schématisation, ce sont toujours ces données initiales qui fondent les raisonnements des géologues pour la compréhension de notre planète.

En plus de ces deux carnets de terrain, le musée conserve quelques objets liés à l'activité de prospection sur le terrain, comme des cartes de travail annotées et deux marteaux de géologue ayant eux aussi appartenu à Charles Barrois.