En route pour le Musée 2025

Le Musée se renouvelle !

 

Après 200 ans d’existence, le Musée se renouvelle et entre dans une nouvelle phase de mutation ! Découvrez le projet de rénovation du Musée, sa transformation et son évolution ! 

Après une 1ère phase de travaux réalisée au printemps 2021 (ouverture de l’aile Gosselet), projetez-vous dans la phase 2 du projet de rénovation et d’agrandissement des espaces publics du Musée.

Découvrez le projet architectural d’envergure proposé par Snøhetta et partagez vos impressions sur le futur Musée grâce à la diffusion de témoignages de personnalités et d’habitants lillois. (Une série d’interviews vidéos est visible dans l’enceinte du Musée, ainsi que sur les réseaux sociaux du Musée. Suivez la signalétique !)

Avec l’objectif de toujours mieux vous accueillir, vous enchanter et vous faire rêver, le Musée est ravi de partager avec vous ce grand projet.

En route vers le futur Muséum de Lille – Sciences et Sociétés !

©Snøhetta

Le Musée se rénove !

Avec moins de 5% des collections qui sont aujourd’hui exposées, une fréquentation du public en hausse constante et des nouvelles pratiques de visites, il paraissait indéniable que le Musée devait s’agrandir.
Après une occupation dans ses locaux actuels depuis 1902, puis une opportunité d’occuper une nouvelle aile de son bâtiment (l’aile Gosselet), un projet de rénovation a été voté par le conseil municipal en octobre 2019, pour un budget total de 21.8 millions.


Cette transformation permettra d’augmenter de 72% les espaces publics de l’ancien Musée, tout en améliorant considérablement l’état général, l’accessibilité du bâtiment et les conditions de conservation des collections. 
Le Musée proposera en plus une programmation en phase avec son temps et ouvrira à ses visiteurs les portes de la science contemporaine pour leur permettre de se placer au cœur d’une réflexion sur l’homme et sa façon d’habiter le monde, d’interagir positivement avec lui. 


La rénovation du Musée vise donc plusieurs axes :


•    agrandir les espaces dédiés au public et les espaces d’exposition
•    proposer un nouveau parcours muséal en abordant des thématiques nouvelles
•    réhabiliter le bâtiment aux normes techniques et de sécurité
•    renforcer la notoriété de l’établissement au niveau local, national et international

 

A vos agendas !

  • 1822 : Création du Musée d’histoire naturelle de Lille
  • 1877 : Création du Musée de Géologie et Minéralogie par Jules Gosselet
  • 1902 : Installation du Musée de Géologie dans ses locaux actuels (à l’époque la Faculté des Sciences)
  • 1907 : Installation du Musée Houiller dans la Grande Galerie
  • 1908 : Installation des collections de Zoologie dans la Grande Galerie
  • 1982 : Première exposition temporaire au Musée « Les plus beaux insectes du Monde »
  • 1990 : Transfert des collections d’Ethnographie et de Sciences et Techniques au Musée
  • 2015 : Rénovation de la Grande Verrière
  • 2019 (octobre) : Vote du conseil municipal pour la rénovation du Musée
  • 2020 (octobre) : Fermeture du Musée pour travaux de rénovation / Phase 1 (rénovation du rez-de-chaussée de l’aile Gosselet : nouvel accueil, amphithéâtre, café/boutique)
  • 2021 (février) : Lancement du concours architectural
  • 2021 (mai) : Réouverture du Musée, après travaux de rénovation ! vous êtes ici !
  • 2023 (novembre) : Fermeture du Musée pour travaux de rénovation / Phase 2 (rénovation complète du bâtiment, dont l’aile Gosselet)
  • Fin 2025 : réouverture du Nouveau Musée
©Snøhetta

Une colonne vertébrale pour le Musée !

Le projet proposé par l’agence de renommée internationale Snøhetta, en réponse au programme élaboré par le Musée, s’appuie sur une proposition architecturale forte : repenser les flux de circulation dans le bâtiment en intégrant une nouvelle construction qui traverse la parcelle. 

Cette extension agit alors comme une colonne vertébrale qui relie les trois ailes, à tous les niveaux, et crée un axe de circulation lumineux et aéré, requalifiant un nouvel accès aux expositions. 

©Snøhetta

L’entrée du visiteur est maintenue rue Gosselet où elle est intégralement accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR) et aux poussettes.

 

Le rez-de-chaussée constitue un nouvel espace dédié au public dans une démarche expérimentale, immersive, participative et innovante.

 

Des espaces d’accueil y sont installés (billetterie et café / boutique), ainsi qu’un espace introductif, qui amènera les visiteurs vers les lieux de présentation tout en donnant le mode d’emploi de ce Musée hors des modèles classiques.

©Snøhetta

Les étages de l’aile Gosselet voient se déployer :

  • Les espaces d’expositions temporaires : doublés par rapport à l’actuel et qui permettront de proposer 2 expositions simultanément ou 1 exposition unique plus ambitieuse ;
  • Le petit Musée : une zone de découverte des réserves, un espace visible donnant une lecture de la conception des collections du Musée, sous l’angle des métiers et du rôle de préservation que joue l’établissement ;
  • Un espace « forum », laboratoire contemporain ouvert à tous, où la programmation culturelle (ateliers, rencontres, cours, ateliers expérimentaux) sera co-construite en amont avec les partenaires du Musée (universités, grandes écoles, associations).

Entre 2 ailes, ouvrant sur la coursive de l’espace d’exposition permanente historique, un espace à hauteur d’enfant adressé particulièrement au très jeune public (de la naissance à 3 ans) où des collections patrimoniales, protégées sous vitrine, ou collections pédagogiques, partiellement accessibles, permettront une appréhension du Musée pour les plus jeunes : on touche, on se déplace, on imite !

L’espace permanent, quant à lui, conservera la galerie historique dans les espaces actuels. Cette galerie ne sera quasiment pas modifiée en rez-de-chaussée mais re-contextualisée et enrichie. La coursive du Musée proposera une exposition spécifique permanente qui donnera à comprendre le Musée. L’actuelle salle d’exposition temporaire accueillera les espèces vivantes et un nouvel espace pédagogique.

©Snøhetta / Sora

Le jardin

De nouveaux espaces extérieurs (jardin, cour paysagère) seront agrandis et débarrassés des extensions construites dans les années 50 le long de la rue Claude Bernard, offrant de nouvelles étendues au cœur du Musée et librement accessibles pour le public.

Une équipe internationale d’architectes dédiée à la rénovation du Musée !

L’agence Snøhetta

Créée en 1987 comme un collectif pluridisciplinaire, Snøhetta regroupe aujourd'hui 350 architectes, paysagistes, architectes d’intérieurs, designers et graphistes, dans 7 agences à travers le monde, dont Paris. Fondée sur des méthodes participatives et horizontales, l’agence est née autour du concours lauréat pour la nouvelle Bibliothèque d’Alexandrie. Depuis son origine, Snøhetta met en œuvre les piliers du développement durable dans chacune de ses réalisations, aux différentes échelles, comme peuvent en témoigner des projets emblématiques comme l’Opéra National de Norvège et sa toiture accessible plongeant dans le fjord d'Oslo.
 

Les ateliers Adeline Rispal / architectes-scénographes

Les Ateliers Adeline Rispal, créés en 2010, bénéficient d’une renommée nationale et internationale. 
Ils ont notamment réalisé la scénographie du parcours permanent du Musée universel du Vin à Pékin, ou travaillent actuellement sur la scénographie du parcours d’exposition permanent du Musée Dobrée à Nantes, ou encore sur celle du Musée Lab Savoisien à Chambéry. 
Ils ont également réalisé la scénographie du parcours d’exposition permanent du Musée d’Histoire de Marseille.

Les partenaires :
-    Paysagiste : Taktyk
-    Bureaux d’études tous corps d’état : Quadriplus Groupe
-    Ingénierie environnementale : Katène
-    Economiste de la construction : VPEAS
-    Spécialiste conservation : ASK
-    Eclairagiste : Les Eclaireurs
-    Conception Multimédia : Innovision

Pour en savoir plus sur le projet de rénovation du Musée

Fin du carousel